Le site de l'ouvrier de l'arsenal de brest

Aller au contenu

Menu principal

amiante: CPA suite Juillet 2012

Amiante au pénal

Amiante: nouvelle mise en examen dans le cadre de l'enquête du pôle santé

L'Association française des victimes de l'amiante (Andeva) et son avocat ont indiqué jeudi avoir pris connaissance d'une nouvelle mise en examen dans le cadre de l'enquête du pôle de santé publique à Paris sur les dégâts causés par la fibre cancérigène.
AFP - L'Association française des victimes de l'amiante (Andeva) et son avocat ont indiqué jeudi avoir pris connaissance d'une nouvelle mise en examen dans le cadre de l'enquête du pôle de santé publique à Paris sur les dégâts causés par la fibre cancérigène.
La mise en examen concerne le professeur Patrick Brochard, pneumologue et ancien membre du Comité permanent amiante (CPA), considéré par les victimes comme la structure de lobbying des industriels du secteur dans les années 1980, a indiqué à l'AFP Michel Parigot, vice-président de l'Andeva.
Il a précisé que la mise en examen pour homicides et blessures involontaires avait eu lieu mercredi.
L'avocat de l'Andeva, Me Jean-Paul Teissonnière, a confirmé cette mise en examen.
Selon M. Parigot, "c'est le premier médecin qui soit mis en examen en tant que membre du Comité permanent amiante" ce qui fait qu'"on est au centre du problème".
Selon le responsable de l'Andeva, le CPA a pu se créer à partir du moment où il a intégré deux experts médicaux spécialisés dans l'amiante, dont M. Brochard, ces derniers ayant servi de "caution scientifique sans laquelle le CPA ne pouvait pas exister".
"Cette structure de lobbying reposait sur le fait d'avoir des experts médicaux, c'est en ce sens que cette mise en examen est extrêmement importante" pour que le professeur "ait à s'expliquer sur ce qu'il faisait dans cette structure", a-t-il déclaré.
Sept autres responsables du CPA ont été mis en examen depuis fin décembre pour homicides et blessures involontaires, dont un ancien responsable du ministère du Travail, Jean-Luc Pasquier en avril dernier.
Plusieurs enquêtes sont en cours au pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris sur les dégâts causés par l'amiante, en particulier au sein de l'université de Paris-Jussieu (dossier dans lequel les ex-membres du CPA ont été mis en examen), du groupe d'amiante Eternit ou Ferodo-Valeo de Condé-sur-Noireau (Calvados).
L'amiante, utilisée massivement en particulier dans le secteur de la construction, est interdite en France depuis 1997.
Elle est jugée responsable de 10 à 20% des cancers du poumon et pourrait provoquer 100.000 décès d'ici à 2025, selon les autorités sanitaires.

AFP 5 juillet 2012



suite CPA
 
Retourner au contenu | Retourner au menu