Le site de l'ouvrier de l'arsenal de brest

Aller au contenu

Menu principal

Le baton et la carotte

Humour

Le baton et la carotte


Il était un monde merveilleux ignoré de tous. Un de ces mondes dont tous les enfants rêvent.

 Hélas, pour l’atteindre il fallait quitter le monde des humains, peuplé d’individus que l’on nomme les travailleurs, habités d’un mal étrange : la primite. Un virus assez paradoxal car il peut faire le bien mais également  le mal.

 Il existe sous plusieurs formes : la très petite prime, la très petite prime moyenne, la petite prime, la petite prime moyenne, la prime moyenne, la grosse prime moyenne, la grosse prime, la très grosse prime moyenne, la très grosse prime. Je ne vous parle pas des variantes, mais je vous laisse imaginer ce monde terrifiant.

Des spécialistes humains sont chargés d’évaluer le degré de contagion de la population, divisée en groupe. La lutte est très vive entre eux, car ils n’arrivent pas à se mettre d’accord  sur la corrélation entre les symptômes et le degré de contagion. Ils ont bien pour les aider le guide « vide all », mais il est trop complexe. La sortie d’un guide plus simple qui résoudra ce problème ne sortira que dans quelques mois. Il s’appellera « il n’y a plus personne ».En attendant, et dans l’urgence, il faut agir. Ces spécialistes sont bizarrement épargnés par le virus. Le mystère est total. Ils doivent représenter la super puissance !

 Les effets de la maladie sont méconnus pour eux. L’originalité du virus est qu’il est mutant. La petite prime moyenne peut devenir la grosse prime, la grosse prime peut devenir la très grosse prime, la très grosse prime peut devenir la très petite prime, ……………. Et ce à l’infini, d’une manière parfois logique, parfois illogique, souvent incompréhensible, souvent aléatoire.

 Les symptômes sont divers : certains travailleurs ont la tête qui grossit, d’autres les mollets qui enflent, d’autres ont les yeux qui pleurent, d’autres ont les yeux qui rient, d’autres rit, d’autres pleurent, d’autres rient jaunes, d’autres ricanent, d’autres ne savent pas et se sentent mal dans leurs peaux., d’autres savent et se sentent mal dans leur peaux, d’autres ne savent pas et se sentent bien dans leur peaux, d’autres savent et se sentent bien dans leur peaux. La situation est grave. Le problème est complexe, insoluble….…. Certains spécialistes n’osent même pas en parler au groupe dont ils ont la charge. Et pourtant le spécialiste en chef demande une transparence totale et un diagnostique affiné. Rien n’y fait. L’incompréhension est totale. Un vaccin semble pourtant tout prêt d’arriver sur le marché : « arrière toute ». Il faudra le coupler avec un médicament générique : « réfléchissons d’abord » et un médicament en cours de qualification « comment faire pour gagner tous ensemble ».

Et c’est alors seulement que ce monde merveilleux ignoré

Le baton et la carotte
 
Retourner au contenu | Retourner au menu