Le site de l'ouvrier de l'arsenal de brest

Aller au contenu

Menu principal

MISE EN EXAMEN D'UN MEDECIN

Amiante > l'amiante et la médecine

Lundi 4 août 2008
Amiante : la mise en examen d'un médecin
Est-il normal que la gouvernance de la santé au travail soit confiée aux patrons ?
Dans la réforme à venir, le ministre Xavier Bertrand propose une gestion paritaire des conseils d’administration de la gouvernance du système, mais en cas d’égalité des voix, les employeurs auront une voix prépondérante.
Le drame de l’amiante n’a pour le moment par permis d’éclairer le politique.
Question : A partir de combien de mort l’action politique prend t’elle en compte la souffrance humaine ???????????? 
 
Amiante : la mise en examen d'un médecin, "normal" pour les professionnels de santé au travail
26 juil. 2008
PARIS (AFP) — Le syndicat des professionnels de la santé au travail (SNPST), regroupant des médecins du travail, a jugé samedi "normal que la justice passe" après la mise en examen d'un ancien médecin du travail dans le cadre d'une enquête sur des salariés victimes de l'amiante.
Le docteur Françoise Bezu, ancien médecin du travail du Port de Dunkerque, a été mis en examen mardi à Paris, notamment pour "homicide involontaire" et "non assistance à personne en péril" dans le cadre d'une enquête sur les victimes de l'amiante portant notamment sur la mort de 16 dockers.
La justice lui reproche une insuffisance d'action, des fautes caractérisées, imprudences, négligences particulièrement graves dans le cadre de sa mission de médecine du travail.
"Il est tout à fait normal que la justice passe, et que les responsabilités soient éclaircies", a déclaré à l'AFP Jean-Michel Sterdyniak, secrétaire national adjoint du syndicat.
"S'il est démontré que ce médecin a failli à sa mission d'alerte, il est normal que sa responsabilité soit engagé", a-t-il ajouté.
M. Sterdyniak, qui juge que d'autres mises en examen similaires pourraient suivre, estime qu'il y a "de la lâcheté" de la part de certains médecins du travail qui n'osent pas s'opposer aux employeurs.
Dans les services de santé au travail, et notamment les services autonomes, situés au sein d'une entreprise qui rémunère directement le personnel, "le médecin du travail est souvent vécu comme un auxiliaire de la direction des ressources humaines", a regretté M. Sterdyniak.
Pour M. Sterdyniak, l'organisation de la santé au travail "ne nous permet pas de remplir correctement nos missions, car elle est gérée par les patrons, qui ne sont pas les mieux placés pour pousser les médecins à agir".
Et "cet aspect des choses ne va pas changer" avec la réforme à venir, "puisque que le ministre du travail Xavier Bertrand n'envisage pas que la gouvernance du système ne soit plus confiée aux patrons", a-t-il estimé.
M. Bertrand propose, pour la gouvernance des services de santé au travail, une gestion paritaire des conseils d'administration, avec une présidence assurée par les employeurs et une voix prépondérante en cas d'égalité des voix.
 


MISE EN EXAMEN D'UN MEDECIN
 
Retourner au contenu | Retourner au menu